bordure

Congrès de l’Ufict en 2015

Ufict, un espace de confiance pour agir...  • Publié le  6 mars 2015

Les bouleversements dans le rapport au syndicalisme concernent tous les collèges

500 délégués pour faire de notre congrès un véritable carrefour d’idées, de création… en permettant que s’y rencontrent toutes les générations, toute la diversité qui font la vie dans notre organisation. Cette ambition est à la hauteur des défis que nous avons à relever… à la hauteur des défis que la CGT doit relever pour redevenir la force dont tous les salariés ont besoin pour maitriser leur quotidien et leur avenir professionnel, dans laquelle ils se reconnaissent. Un défi qui concerne la fédération toute entière. Les derniers résultats aux élections des activités sociales dans les IEG le confirment de façon spectaculaire : le décrochage de l’influence de la CGT que nous mesurons depuis quelques années dans l’ensemble des entreprises du champ fédéral n’est pas uniquement dû au seul vote des techniciens et de cadres… même si le vote de ces milliers de jeunes et moins jeunes diplômés recrutés ces dernières années en est indéniablement l’une des raisons principales. Mais les bouleversements que nous constatons pour ces dernières catégories dans le rapport qu’ils entretiennent à l’entreprise, au travail et au syndicalisme, les exigences nouvelles qu’ils expriment sur ces trois thèmes, les difficultés que rencontre la CGT à y répondre… concernent, certes de manières différentes, toutes les catégories de salariés. Des bouleversements qui prennent des formes et des expressions différentes que l’on soit agent d’exécution, employé, agent de maitrise ou cadre… statutaire ou non. Une réalité qui nous impose de renouveler la nature des liens que nous entretenons avec chacune des catégories de salariés… Qui renforce encore l’exigence qui doit être celle de toute la CGT de s’attacher à faire vivre et à structurer une organisation spécifique (l’Ufict) au plus près des collectifs de travail… Le nombre croissant d’agents de maîtrise et de cadres conférant à l’Union fédérale, aux syndicats et sections Ufict, à chacun de nous, un rôle majeur dans l’élaboration des réponses à leurs attentes… pour contribuer à tracer les pistes des nécessaires évolutions que la CGT doit opérer.

Faire vivre, partout, l’Ufict au plus près des collectifs de travail

éjà, en améliorant la qualité du lien que nous tissons avec les agents de maîtrise et les cadres, en choisissant d’installer notre activité syndicale dans la réalité quotidienne de leur travail, en multipliant et en faisant vivre des espaces dans lesquels ils puissent s’engager, en leur permettant de faire l’expérience de l’animation et de la responsabilité syndicale… L’Ufict contribue à définir les contours de ce syndicalisme CGT d’aujourd’hui, capable de rassembler tous les salariés pour agir. Beaucoup de nos militants sont engagés dans cette construction… et les exemples de ce qu’ils entreprennent, de ce que nous entreprenons, ne manquent pas pour démontrer la pertinence de la démarche que nous avons choisie… Mais ils sont tout aussi intarissables quand il s’agit de décrire les obstacles que nous devons surmonter pour y parvenir. Des obstacles qui, parfois, nous font douter, y compris du chemin que nous nous proposons d’emprunter. Ce fut le cas lors de la publication du document de lancement de notre congrès : « Construisons ensemble un syndicalisme qui nous ressemble »… Mais les doutes ou les interrogations qui se sont exprimés n’ont-il pas, finalement, enrichi nos réflexions ? Les débats qu’ils ont suscités n’ont-ils pas contribué à lever les obstacles d’une appropriation, par le plus grand nombre, de la démarche que nous avons choisie pour notre congrès ?

Donner à voir que l’Ufict est cet espace de confiance

ous ceux qui s’y sont engagés ont, alors, fait l’expérience qu’affronter le regard sans concession de ceux que nous sommes censés représenter, est justement la meilleure façon de faire reculer les préjugés qui pèsent sur l’image de notre syndicalisme… la meilleure façon de démontrer que ce ne sont pas les valeurs pour lesquelles nous nous engageons qui sont dépassées, mais certaines pratiques ou attitudes qui les noircissent et qu’il nous faut changer. Plus encore, nous avons fait l’expérience de la force que représente la possibilité de confronter ses idées… de posséder un espace dans lequel chacun peut s’interroger, interroger l’autre, librement… sans crainte d’être catalogué ou jugé…

Un espace de confiance. N’est-ce pas justement tout l’enjeu pour notre syndicalisme ? être cet espace de confiance pour nos adhérents, pour nos collègues de travail ? Mais pour que cet objectif apparaisse crédible aux yeux des cadres et agents de maîtrise, notre congrès, sa préparation, doivent en faire la démonstration… Donner à voir que nous sommes cet espace de confiance : n’est-ce pas ce que, depuis le début, nous nous efforçons de construire ? Encore une fois, beaucoup dépend de nous… de notre engagement… Il va falloir une grande implication de tous pour que ce congrès, le congrès de l’Ufict, soit le véritable événement qui marque une étape décisive dans l’évolution de notre syndicalisme… Pour qu’il en soit ainsi, il va nous falloir entrainer dans nos débats l’ensemble de la CGT… Nous ne pouvons imaginer le faire sans y associer, d’une manière ou d’une autre, le plus grand nombre des ingénieurs, cadres et techniciens. Notre démarche syndicale est justement l’une des questions qui doit traverser l’ensemble de notre congrès. Alors sans hésitation aucune, discutons-en et avançons ensemble… Faisons du congrès de votre union fédérale un événement pour nos adhérents, pour la CGT, et pour les ingénieurs, les cadres, les agents de maîtrise et les techniciens de nos entreprises.

Daniel Souty
Secrétaire général de l’Ufict CGT mines énergie

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable