bordure

Congrès de l’Ufict en 2015

Appel aux adhérents  • Publié le  30 juin 2014

adresseConstruisons ensemble un syndicalisme utile, efficace qui nous ressemble Au mois de mai 2015, nous tiendrons le congrès de l’Union fédérale des ingénieurs, cadres et techniciens de la fédération CGT des mines et de l’énergie. Nous nous sommes donnés un an pour le préparer. Douze mois pour tenter d’y associer le plus grand nombre, donner la parole à tous ceux qui le souhaitent…

Congrès de l’Union fédérale des Ingénieurs, cadres et techniciens CGT des Mines et de l’Energie

Au mois de mai 2015, nous tiendrons le congrès de l’Union fédérale des ingénieurs, cadres et techniciens de la fédération CGT des mines et de l’énergie. Nous nous sommes donnés un an pour le préparer. Douze mois pour tenter d’y associer le plus grand nombre, donner la parole à tous ceux qui le souhaitent… Douze mois pour, dans l’échange, affronter les questions auxquelles notre syndicalisme ICT est confronté, auxquelles se heurtent nos militants, nos adhérents dans leur engagement quotidien. Un an pour rédiger, ensemble, un document de congrès qui nous soit utile, qui réponde aux préoccupations de chacun. Une démarche résolument ouverte à laquelle nous avons l’ambition d’associer l’ensemble des salariés de nos entreprises. Les défis que la CGT doit relever pour permettre aux salariés de faire entendre leur choix et donner une perspective de voir déboucher leurs aspirations sont immenses… Et de toute évidence, l’Ufict a un rôle majeur à jouer.

L’évolution des entreprises, la place qu’y occupent aujourd’hui les ingénieurs, les cadres et les agents de maîtrise : plus jeunes, « plus femmes », plus diplômés ? sont un élément incontournable de l’équation que nous avons à résoudre. Plus que leur nombre, leur rapport au travail, à l’entreprise et au syndicalisme bousculent nos repères. Une vision différente de l’engagement qui nécessite de revisiter nos pratiques syndicales pour être capable de tisser des liens de confiance avec ces populations.

Une introspection que nous devons mener sans complaisance en reconnaissant que dans un trop grand nombre d’endroits, la CGT, l’Ufict, n’est plus en mesure de jouer son rôle. L’activité menée par nos organisations n’a que peu de rapport avec la réalité vécue par une majorité des salariés… Les pratiques militantes s’opposent souvent aux aspirations exprimées par une grande partie d’entre eux de participer aux décisions sur les sujets qui les concernent… Dans un trop grand nombre d’endroits, nos militants peinent à représenter les salariés tel qu’ils sont…

Notre congrès aura à dessiner les contours des solutions qui permettent de combler les écarts que nous mesurons tous… Ecarts entre les attentes qu’expriment les ICT vis-à-vis du syndicalisme, en particulier en direction du nôtre, et notre difficulté à les faire s’y engager. Le paradoxe est bien là… Toutes les enquêtes d’opinion le confirment : les diplômés sont proportionnellement plus enclins à se syndiquer… y compris à la CGT.

L’Ufict ne porte pas seule la responsabilité de répondre à ces questions… Elle concerne toute la CGT. Le congrès de la fédération d’avril 2014 a fixé les orientations permettant l’implication de tous dans la résolution de ces difficultés. C’est dans ce cadre que nous nous inscrivons. Il reste que nous avons une responsabilité particulière : celle de convaincre de l’enjeu vital qu’il y a, pour le développement de notre organisation, à permettre aux cadres et aux agents de maîtrise, tel qu’ils sont, là où ils sont, d’y trouver naturellement leur place. Et pour cela, se donner les moyens de faire vivre partout un syndicalisme ICT authentiquement revendicatif… dans lequel tous s’identifient.

Convaincre encore, oui ! Car sous la pression du climat social, de la situation politique de notre pays, des résultats des élections, les relations s’exacerbent entre les différentes catégories de salariés… plus particulièrement en direction de l’encadrement, des jeunes diplômés, des femmes. Convaincre, encore, que le déploiement en direction des ICT est le chemin de l’avenir de toute la CGT… Car combien de territoires font le choix de supprimer le syndicat ou la section Ufict pour compenser la baisse des droits et des moyens syndicaux ? Convaincre aussi nos militants, nos adhérents Ufict de ne pas renoncer à faire vivre le syndicalisme qui leur ressemble… que ce faisant, ce n’est pas l’Ufict qu’ils défendent, mais en partie l’avenir de la CGT !

C’est dans cette voie que nous nous sommes engagés voilà sept ans au congrès d’Avignon en décidant de nous réapproprier les questions du travail… En choisissant de l’explorer dans ses trois dimensions - le sens, la maîtrise et la reconnaissance - nous avons fait le pari, sans abandonner aucune des réalités qui fondent les rapports sociaux dans l’entreprise, de reconstruire notre activité syndicale à partir du quotidien professionnel des cadres, des ingénieurs, des chercheurs, des techniciens et des agents de maîtrise. Cette démarche qui a pu apparaître pour certains au début un peu abstraite, est aujourd’hui largement partagée… Elle nous aura permis d’avancer sur notre conception de l’organisation, du temps, de la reconnaissance et de l’évaluation du travail… de la partager et de commencer à construire avec les ICT des repères revendicatifs communs. Elle nous aura permis de mesurer que, le plus souvent, les limites de notre action syndicale se situent en nous : dans notre organisation, son implantation, son fonctionnement… Les écarts entre les territoires où la CGT se développe et ceux où l’on s’affaiblit dépendent de l’appropriation et du déploiement de cette démarche par nos militants ; dans cette détermination à avancer « à petit pas » pour implanter des relais dans chaque collectif de travail… A les alimenter pour les rendre autonome. D’ailleurs est-il possible d’investir, comme nous en avons fait le choix, les questions du travail sans réinstaller notre syndicalisme dans le quotidien des collectifs professionnels des ingénieurs, cadres et techniciens ?

La préparation de notre congrès est à présent lancée… les évolutions que nous avons opérées ces dernières années commencent à porter leurs fruits, elles ont favorisé depuis trois ans la stabilisation du nombre de nos adhérents. Mais beaucoup de questions restent encore sans réponse. Il va nous falloir y répondre ensemble. Alors la parole est à vous. N’hésitez pas à la prendre… tous. Bousculez les idées reçues, donnez votre avis… Faites entendre vos envies, vos attentes… Vos propositions et vos solutions. Pour vous aider à élargir plus encore le débat, nous travaillons à la réalisation d’un document de questionnement. Il devrait être à votre disposition bientôt. Il vous permettra d’organiser l’échange entre vous, militants et adhérents de l’Ufict et de la CGT, mais aussi autour de vous, avec vos collègues de travail. Plusieurs étapes nationales et/ou régionales jalonneront ces douze mois de préparation. La première, incontournable, seront les journées d’été, les 27 et 28 août.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable
 

Documents